Témoignages
Jeannine (Majunga)

Mahajanga
Madagascar ? J’en garde un souvenir inoubliable.
Je suis partie avec  l’association ADDAM deux semaines dans l’institut NUR à Majunga j’ai ensuite poursuivi mon voyage seule durant trois semaines dans le pays.
Après dix heures de vol enfin arrivée à Tana, la capitale. Je n’ai aucune idée dans quoi je m’embarque, je reste douteuse. Je sors de l’aéroport et je vois mon nom écrit sur un écriteau…ouf Emile est là, il est venu me chercher. Il me conduit chez lui, première panne, découverte de la population, premières peurs, premier choc…Pour moi c’était la première fois que je voyageais seule, dans un pays africain. Je m’endors à 5h du matin avec le chant du coq les aboiements des chiens etc. Le lendemain départ pour Majunga, première expérience en taxi-brousse J. Après de longues heures me voilà arrivée à Majunga ou Clara m’attend. Je passe deux semaines géniales dans la famille de Clara, à l’école avec les enfants et à Majunga.
Je découvre Madagascar, sa culture, sa faune, sa végétation,  la nourriture, la simplicité, les sourires, la MORA-MORA attitude (à vous de découvrir sa signification) enfin bref toute la richesse de ce pays !!!!
Un grand MERCI à l’association, à Alain, à Emile et à Clara !!!!!


Une chose est sûre, je retourne à Mada !!!!

Jennifer et Julie (Majunga / Mampikony)
Madagascar.....

Séjour d'émotions.... de surprises....de personnes souriantes...de routes sinueuses....d'alléchants zébus...de taxi brousse en surpoids.......de rizières à perte de vue....d'un ciel parsemé d'étoiles scintillantes........de dunes de sables rouges.....

  
Une énorme pensée pour Mampikony ...

Village de brousse aux multiples couleurs,aux centaines de destins, à  tous ces regards échangés,ces bracelets brésiliens confectionnés, ces rires partagés, ces danses exécutées, ces rhums engloutis, ces endiablées parties de ballons prisonniers , ces lémuriens affamés, ces parties de yams remportées, ces comptines de mimées, ces "Bonjours Maitresses" proclamés,... à un François tant porté, tant moqué mais surtout tant adoré!  ... Que de beaux souvenirs aux cotés de ces fameux prêtres et de leurs joyeuses troupes ! 

Et que dire de ce séjour passé à Majunga!

Quelle famille!! Des femmes d'exception sous le regard bienveillant d'un ange!! Leur présence nous ont accompagné et soutenue dans tous les moments: dans les joies avec les rires tonitruants, les soirées endiablées sur Tence Mena, les visites guidées, et aussi et surtout dans les peines avec les bobos locaux!!
Un regret seulement : la visité éclair à l'Institution NUR... charmante école, agréable équipe et directeur exemplaire!

Spécial dédicace à Emile: "le phare malgache" des volontaires d'ADDAM


Longue vie à ADDAM !
Mariele (Bambins Brillants / Majunga)

Heureuse qui,comme moi,a fait un beau voyage,
Et puis est retournée,pleine d'usage et raison,
vivre parmi les siens,le reste de son age....
Oui,mais voilà,un mois à Madagascar,çà vous bouscule les idées reçues,çà vous chatouille les envies superflues,çà vous gratouille le concept du necessaire.Bref,vous n'en revenez pas indemne.
Merci aux enfants des écoles,qui vous donnent envie de vous décarcasser,parce qu'ils n'ont pas grand chose et se contentent de rien.
Merci à toi,Clara,qui balaye les tracas quotidiens d'un grand éclat de rire!
Merci a toi,Sahundra,qui m'a consacré un temps précieux,sans meme me connaître!
Votre pays est beau comme vos sourires.
Je sens qu'il n'est pas loin le temps où.....Non,en fait,vous me manquez dejà.
A bientôt,Mada,le moins qu'on puisse dire,c'est que tu ne nous laisses pas indifférents.
MARIELE,à Majunga du 18 fevrier au 19 mars 2012.

 
Corine (Majunga)

J'ai été à Majunga 10 jours. J'ai bénéficié d'un accueil très sympathique et chaleureux de la part de Clara que je remercie vivement pour sa disponibilité et sa gentillesse.
J'étais dans une école qui assure des cours de la maternelle à la 3ème, l'Institution NUR (école des enfants vulnérables). Elle accueille des enfants de milieu très défavorisé mais aussi ceux souffrant d'un handicap. Leur volonté est de permettre à tous les enfants d'avoir accés à l'école, à l'instruction.
L'équipe pédagogique est dynamique, généreuse et assure un travail de qualité.

Quand je suis arrivée, le directeur de l'école m'a donné un emploi du temps (matinée uniquement de 7H30 à 11H/12H).
Dans une matinée, on travaille avec plusieurs classes différentes:

Assama est une classe d'environ 15 enfants. On a joué aux devinettes. J'ai passé avec eux un grand moment de bonheur. On a beaucoup ri. J'ai pris aussi beaucoup de plaisir avec les autres classes.

Ils ont surtout besoin de parler le français et de l'entendre. On m'a demandé de proposer des activités qui permettent de travailler l'oral.
Avec les élèves du primaire, ce sont des séquences d'une ½ heure. Le professeur en charge de la  classe est  présent. Les activités sont très ludiques (chanson, jeu de cartes, jeu de devinettes,...).
Pour les classes du secondaire, on est seul avec les élèves (séquence d'1H). Mais ils s'expriment plus facilement en français donc il n'y a pas de problème de communication. On peut réellement échanger malgré quelques difficultés de compréhension et un effectif de classe important (dictée  qui a servi de support pour un échange sur la culture, la faune, la flore,...à Madagascar, exercice de présentation, jeu de rôles,...).

L'école a peu de supports scolaires et il est donc préférable de prévoir des exercices qu'on peut trouver en ligne ou dans la mallette pédagogique d'ADDAM. Il y a de nombreux exercices (pour tous les niveaux) sur différents sites:
http://apprendre.over-blog.fr/
http://www.lepointdufle.net/
http://emilie.en-savoie.com/

Ce fut un moment de réel partage, sans appréhension de part et d'autre.
J'ai été marquée par leur gentillesse, leur joie de vivre. Je les remercie pour l'accueil qu'ils m'ont réservé et surtout de m'avoir permis de passer du temps avec eux.
Madagascar est un très beau pays où le temps et les choses ont une valeur différente. Je vous souhaite de vivre cet échange.
Corine

 
Vincent (Mampikony)


Je suis parti à Mampikony avec l'association Addam pendant 15 jours et je n'oublierai jamais ce voyage. J'ai été pris en main immédiatement par les 2 prêtres Polonais, Darek et Michel, qui gèrent la mission catholique où j'ai été hébergé et accueilli durant ces deux semaines, et le moins que l'on puisse dire c'est que leur accueil a été en tout point chaleureux. Ce sont vraiment 2 personne extraordinaires et d'une gentillesse incroyable qui consacrent leur vie à améliorer les conditions de scolarisation des enfants.
 Etant sur place durant la période de vacances scolaires, mon rôle était d'occuper les enfants, tout simplement, les familles de ces derniers n'ayant évidemment pas les moyens financiers nécessaires pour leur offrir des vacances dignes de ce nom. Au programme : des jeux, des discussions, des jeux, des activités type fabrication de collier en perle, foot, pétanque... et encore des jeux. J'étais très inquiet sur ma capacité à fédérer les enfants et à être assez imaginatif pour les occuper, mais au final ce fut vraiment facile. Il n'y a qu'à se laisser guider par eux. Pourtant par moment ils étaient jusqu'à 30 autour de moi ! En période scolaire ma mission aurait été doublée par des cours ludiques pour leur apprendre le français ou par des cours plus approfondis pour les professeurs qui en ont grand besoin.
La vie sur la mission est vraiment très agréable car Mampikony offre réellement la possibilité de découvrir la vie des malgaches dans toute sa splendeur et son authenticité. En plus on est jamais seul et les gens se soucient toujours de savoir si on ne manque de rien. Il y a possibilité d'aller passer une journée ou deux dans des villages en brousse (beaucoup de marche à pied mais des moment inoubliables...) où à Majunga qui se trouve à 4h de route.
J'ai vraiment découvert un endroit merveilleux car malgré la misère omniprésente les gens sont chaleureux, souriants et curieux de savoir ce qu'un étranger peut venir faire dans leur ville si loin de chez lui. Et les enfants, surtout, sont absolument extraordinaire de simplicité avec une joie de vivre qui m'a véritablement marquée...
Laurie et Marion (Bambins Brillants / Majunga)

Nous avons passé environ un mois à Madagascar. Nous avions décidé avant notre départ de passer a peu près 2 semaines à Tananarive au sein de l’école « les Bambins Brillants », puis une dizaine de jours a Mahajanga.
A notre arrivée à Tana nous avons été reçues par Mme Sahondre, la directrice de l’école et la personne chez qui ont allait vivre pendant plusieurs jours. L’aventure commençait vraiment !!! A l’école nous avons surtout assisté les maîtresses en raison de certaines difficultés en Français. Nous avons aussi organisé diverses activités comme des ateliers peintures, une petite kermesse, des jeux mais aussi les photos de classe. Les enfants sont à la fois admirables, adorables, incroyables et pleins de joie…Leurs rires et leurs cris résonneront toujours dans nos têtes. Sahondre à toujours veiller à ce que la maison soit comme la notre, elle a toujours prêté beaucoup d’attention à nos besoins. Dans ce pays, les gens donnent énormément, ils sont gentils, accueillants et surtout très attachants.
Direction Mahajanga, pour notre deuxième partie du voyage. Accueil chaleureux par Mme Clara avec qui nous avons beaucoup ri toute la durée de notre séjour. L’une d’entre nous intervenait dans l’Institution Nobel (tout près de chez Clara), les chansons, les rires, les cris étaient les principales activités des plus petits. L’autre intervenait dans l’école CIM (Cœur Immaculée de Marie), dans 4 classes à raison d’environ 30 minutes par classe. Le niveau de Français des enfants et des maîtres est faible, il est surtout nécessaire d’insister sur la prononciation des mots car les sons en Français sont bien différents qu’en Malgache.
Cette expérience avec l’association ADDAM fut très enrichissante. Il n’y a pas de mots qui puissent exister pour qualifier cette aventure. Les mots formidables, incroyables, inoubliables ne seraient pas assez forts. Nous remercions de tout cœur les personnes formidables qui nous on accueillies a « bras ouverts », qui nous on permise de vivre une aventure que l’on oubliera jamais. Merci à l’association ADDAM pour son professionnalisme et sa parfaite organisation.
Futurs volontaires n’hésitez plus, c’est une expérience à ne pas manquer !!!!

 
Audrey et Manon (Majunga)

Nous avons été à Majunga en Février 2011. Nous avons partagé notre temps entre le dispensaire Finambinana et l'Institution Nùr.
Nous avons apporter notre aide aux infirmiers pour les consultations et la réalisation des soins (injections, consultation pré-natal, suivi post-partum avec les soins au bébé, hospitalisation,...) La deuxième partie du temps nous étions à l'école. Cette école accueille les enfants "vulnérables" du quartier ; de la maternelle à la 3ème. A la demande du directeur de l'école, nous leur avons donné des cours sur la base du français (jeu du pendu, jeu du petit bac, dictée, explication de texte,...). Avec les plus jeunes, nous avons partagé des jeux dans la cour de l'école (par exemple, laché de ballon avec apprentissage des couleurs). Malheureusement nous n'avons pas pu nous y rendre tous les jours à cause du cyclone qui rendait la route impraticable.
Tout au long du séjour, nous avons été encadrées par Clara (responsable local de l'association). Elle nous a très bien accueillie et a été notre guide. Cette expérience  a changée notre vision de la médecine et les enfants de l'école nous ont touchés. Ils nous ont fais mûrir et nous ont permis de nous remettre en questions sur nos petits tracas quotidiens!! Nous avons partagé des moments de joie et de rire avec eux. En retour nous leur avons permis d'échapper un peu à leur quotidien difficile.
Un grand merci à toutes les personnes qui ont participé à notre séjour, au personnel du dispensaire et à l'école ; ils ont rendu notre venue inoubliable!

 
Angélique (EPP Talata)

J'ai passé 2 semaines formidables à Mada !.

J'étais logée dans la famille de Mr Emile, une famille vraiment exceptionnelle !! qui m'a reçue avec une gentillesse infinie...Ils ont toujours veillé à ce que je ne manque de rien (confort, nourriture...), que je ne sois pas seule, que je prenne le temps de visiter la ville, bref, que mon séjour se passe le mieux possible, et ce fût le cas ! J'avais ma chambre (avec lit confortable, table, chaise), je me suis vraiment senti comme chez moi !

Le travail que j'ai effectué à Talata durant ces 2 semaines a été très enrichissant. D'une part, j'ai travaillé à l'EPP où j'ai eu l'occasion de donner des cours de français aux enfants, de leur apprendre des chansons ou encore d'effectuer avec eux des jeux ludiques. La gestion de tous les enfants peut parfois être difficile mais ils sont vraiment adorables, plein d'énergie et de joie de vivre qu'ils savent vous communiquer.

D'autre part, j'ai travaillé un petit peu dans un lycée privé à quelques pas de l'école où j'ai eu l'occasion d'entraîner les ados à écrire et à parler en français notamment en leur demandant leur avis sur divers sujets. Les ados sont beaucoup plus timides et ont peur et honte de s'exprimer en français car ils ont peur qu'on les juge sur les fautes qu'ils commettent. Mais la volonté est là, il faut juste les rassurer et les mettre à l'aise...

Je pense que mon travail a été bénéfique autant pour moi que pour les enfants et adolescents car nous avons tous appris des choses, c'était un réel échange culturel, nous nous sommes enrichis mutuellement.

Hors mis le travail à Talata, j'ai pu également en profiter pour visiter la ville et les lieux touristiques...

J'ai vraiment adoré mon séjour, Mada est vraiment une île magnifique !! Tana est une ville vaste, il y a beaucoup de monde, c'est très animé et très convivial, la vie est simple et naturelle !! quel bohneur !!!

Ce fût une expérience humaine exceptionnelle, un séjour inoubliable !! je n'ai plus qu'une seule idée en tête : repartir au plus vite !!!!! :-)

Lucie, Manuella, Morgane (Bambins Brillants / Majunga)

Nous avons passé trois semaines à Madagascar en passant par l'Association ADDAM. Nous sommes allées une semaine à Tana dans l'école "Les bambins brillants" et deux semaines à Majunga.

La première semaine, nous avons surtout été en compagnie d'enfants en bas âge (4 à 9 ans). Nous avons fait différentes activités avec eux: jeux en plein air comme, par exemple, le jeu du facteur, les jeux de balles,… nous avons également dansé et fait des bricolages. En dehors des activités ayant eu lieu dans l'enceinte de l'école, nous avons fait deux sorties avec les enfants et les accompagnantes, elles se sont déroulées au Marais Massay et à la Crocfarm. Nous avons ainsi découvert différents lieux et avons passé de très bons moments aux côtés des enfants. En effet, nous avons eu beaucoup de plaisir avec les petits, ils sont très affectueux et souriants. Cette expérience à l'école des bambins brillants fut très enrichissante,remplie de bonheur et de moments extraordinaires. Nous avons été très bien accueillies par Sahondra ainsi que par toute sa famille. En effet, ils se sont occupés de nous et ont pris garde à ce que nous ayons tout ce dont nous avions besoin. Sahondra a pris le temps de nous expliquer les choses essentielles au fonctionnement de l'école, et nous a également expliqué les coutumes, les traditions multiples et diverses du pays.

Cela fut très enrichissant pour notre connaissance personnelle et cela a, sans doute, facilité notre intégration dans le pays et rendu le dépaysement moins difficile. Sahondra s'est occupée de nous faire à manger et a veiller à ce que nous ne manquions de rien. Elle a respecté certaines de nos habitudes comme le fait de ne manger que certains aliments et a pris garde à ce que nous ne tombions pas malades.
Les enfants nous ont apporté beaucoup tendresse, d'amour et demandent une attention certaine. ils ont vraiment besoin de sentir que nous sommes là pour eux, que nous sommes là pour leur donner de l'affection. Ce qui est magique avec les enfants, c'est que les différences telles que la couleur de peau n'entrent pas en ligne de compte, elles disparaissent complètement ou peut-être qu'à leurs yeux, elles n'existent même pas!

Cette expérience a été formidable et inoubliable.

Mathieu (Centre de Bienfaisance d'Ankadivory)

Je suis parti avec l’association ADDAM, en Mai 2009 pour un magnifique séjour de un mois. J’ai été affecté au Centre de Bienfaisance d’Ankadivory  (CBA) et à l’école des Bambins Brillants de Ankadikely

Ces deux mission ont été un quelque peu différente mais toutes les deux formidables.
Au CBA, j’ai été logé dans la maison confort de l’association, tout y est pour se sentir bien. Situé au milieu du village, j’étais sans cesse au contact des gens, surtout des enfants de là bas. J’ai pu jouer avec eux et les suivre dans de belles promenades dans les collines et les rizières au paysage splendide. J’ai donné différents cours, Français en majorité mais aussi Mathématique et Anglais. Cela s’est très bien passé, les enfants ont été réceptifs et d’après leurs maitresses, cela leur a été très bénéfique.   J’ai beaucoup apprécié les gens de ce village, tous super agréable, simple,  chaleureux et qui transmettre une joie de vivre inimaginable. Les rires d’enfants me résonnent encore dans les oreilles avec une certaine nostalgie....."

 

Pour le séjour au Bambins Brillant, j’ai été logé chez Gisèle, dans une villa splendide, calme et  très très confort. Cette école a un objectif plus poussée que la précédente puisque sa directrice  Sahondra souhaite faire de ces enfants des Bambins Brillants après avoir observer de nombreuses déficiences dans d’autres écoles. Le niveau y est donc assez soutenu, les enfants parlent très bien français et sont éduqué avec la rigueur et les moyens des écoles françaises. Les enfants et les maitresses tous très gentils et conserve cette joie de vivre si présente chez les malgaches. J’ai assisté les maitresses dans des cours de Français, Histoire, Mathématique et  pour ces dernières j’ai donné quelques cours d’Anglais et informatique.
Je me suis baladé  à plusieurs reprises dans la capitale Tana, j’ai fais quelques visites (zoo, musée) et j’ai beaucoup aimé le grand marché artisanal d’Analakely.
En tout cela fut un séjour inoubliable, plein de belles images, de vives émotions et de richesses relationnelles et culturelles, le tout une grande simplicité et une joie de vivre surprenante.

Je remercie toutes les personnes que j’ai croisé et aussi l’association ADDAM qui à parfaitement encadré ce séjour où je n’ai manqué de rien.

Anaël (Centre de Bienfaisance d'Ankadivory / EPP Talata)

Je suis parti en mission du 3 Février au 2 Mars 2009.
Période à laquelle, malheureusement, il y avait le conflit entre le Président Marc Ravalomanana et le Maire de Tana, Andry Rajoelina. Au début, je me demandais comment aller se dérouler mon séjour. En aucun cas, je ne voulais refuser de partir. J'avais pris mes précautions pour être rapatrier de toute urgence si le besoin se faisait sentir. Mais pendant mon séjour, je vous rassure, j'habitais assez loin de Tana et je n'ai couru aucun risque.
Pendant mon séjour, je suis allé à 2 endroits: du 3 au 18 Février, j'étais au Centre de Bieanfaisance d'Ankadivory et du 18 Février au 2 Mars, j'étais à Talata Volonondry.

Centre de Bienfaisance d'Ankadivory:

Les deux premières semaines, j'étais pris en charge par Zo, le correspondant du CBA.
Il m'a conduit jusqu'au village et nous avons commencé à organiser mon emploi du temps pour ces 2 semaines: Visite de chaque classe de l'école pour y donner des cours de français parlé et les après-midis, c'était formation avec les institutrices de l'école (français et anglais).
La maison d'Addam est très confortable: chambre, table et chaises, armoire, coin cuisine et les sanitaire dans la pièce d'à côté.
J'ai énormément apprécié la compagnie des enfants avec qui je jouais tous les jours. Etant originaire de l'ile de la Réunion, j'ai eu le plaisir de rejouer à des jeux que je jouais et que j'avais oublié, je leur ai appris aussi de nouveaux jeux et de nouvelles chansons.
Tous les après-midi (quand il faisait beau), je me promenais avec un petit groupe d'enfant.
Les gens du village sont très accueillant et très chaleureux. Les enfants ont un peu peur et honte de parler avec les volontaires. Il faut alors faire le premier pas, aller vers eux et engager la conversation. Ils sont, généralement, tous gentils et sont toujours souriants. J'ai eu un échange de culture avec eux qui m'a beaucoup apporté humainement.

Talata Volonondry:

Changement de décors, j'étais installé dans une chambre qui se situe dans un lycée privé de Talata. Le correspondant de Talata est M. Emile, chef de la ZAP. Même programme qu'au CBA.
Direction vers l'Ecole Primaire Publique de Talata: le matin j'aidé les institutrices dans les différentes classes et les après-midis, je donnais aussi des cours de français aux instituteurs de l'EPP de Talata et des EPP des alentours.
Etant héberger dans un lycée, je donnais aussi des cours de français et d'anglais aux étudiants de 2nde et de 1ère.
Il faut toujours faire le premier pas et engager la conversation. Ils ont tous envie de parler avec les volontaires mais ils ont peur de parler en français et honte de faire des fautes de français.
Je leur ai de suite rassuré, de mon vécu du CBA, que j'étais venu ici, justement, pour parler en français et pour leur permettre de s'entrainer.
A Talata, j'ai rencontré des personnes formidables avec qui j'ai partagé beaucoup d'émotion.

A Madagascar, il n'y a pas tout le confort que nous, français, avons la chance d'en jouir.
J'ai beaucoup donné de ma personne pour les aider, pour passer d'agréable moment avec tout le monde, et en échange ils m'ont beaucoup apporté aussi. Contrairement à ce que je pensais, je n’ai pas eu de difficulté à communiquer avec eux et à comprendre ce qu’ils disent.
La vie est simple, les gens sont très sociables, le paysage est magnifique, le soleil brille.
J'y suis allé 4 semaines et j'aurai aimé y rester plus longtemps.
Je ne regrette pas du tout d'être y aller, et j'espère avoir l'occasion d'y repartir visiter l'île et revoir mes amis. Ce fût une expérience très enrichissante!!

Estelle (Centre de Bienfaisance d'Ankadivory)

Mon séjour à Madagascar s'est terminé hier.
Je viens de vivre 4 semaines très intenses sur l'île rouge, dont 3 semaines d'engagement auprès de l'association Addam. Volontaire envoyée par Alain, le président de l'association, je suis arrivée à Tananarive le 18 juillet, et j'ai immédiatement été prise en charge par le responsable malgache, Zo, qui m'a emmenée là où j'allais passer les 3 semaines les plus déconcertantes de ma vie : au CBA.
Le Centre de Bienfaisance d'Ankadivory est situé sur une petite colline, à quelques kilomètres à l'Est de la capitale. Là-bas, j'ai été accueillie d'une part par un vent très froid (auquel je ne m'attendais pas) et d'autre part par des enfants, qui attendait la venue d'une française avec impatience.
Ils m'ont observée avec des yeux grands ouverts pendant que je descendais mes affaires de voiture pour m'installer dans ce qui allait être mon "chez moi" pendant les jours à venir. Et puis ensuite, tout a été très vite. Adultes comme enfants, les habitants de la communauté m'ont très vite adoptée. Ils ne possèdent pas grand chose, mais ils ont été très disponibles pour moi, tout au long du séjour, et j'ai de mon côté essayé de leur transmettre le maximum de choses. En effet, ma mission au CBA était à la fois une mission socio-éducative auprès des enfants (pour lesquels J’organisais chaque matin des jeux, des activités manuelles et des manipulations de la langue française) et une mission de formation auprès des institutrices du CBA.
Pour elles, j'ai puisé dans mes ressources de jeune professeur des écoles et j'ai organisé des cours de français et d'anglais.
Evidemment, en trois semaines, je n'ai pas changé le monde, mais je sais que le peu que j'ai pu leur apporter à tous leur a été très profitable, et j'ai ressenti tellement de reconnaissance de leur part que j'ai le sentiment très profond d'avoir été utile, à ma façon.
C'est pourquoi il est important que les volontaires soient nombreux à venir, à se relayer, à apporter un peu de dynamisme, de connaissances et de matériel (car cela aussi est très important). Au cours de ma mission, je n'ai pas été toujours toute seule, j'ai été rejointe par Nathalie, une autre française, qui a pris le relais à mon départ. Et je crois que pour elle aussi, cette expérience a été vraiment marquante.

Nathalie (Centre de Bienfaisance d'Ankadivory)

Je garde un très beau souvenir de mon séjour au CBA. Je suis restée 15 jours.

J'ai été accueillie très chaleureusement par les habitants du petit village d'Andikavory et par les enfants. La maison des volontaires est très confortable. La 1ère semaine nous étions 2 volontaires Estelle et moi. Estelle avait déjà organisé le rythme des journées, j'ai donc toujours gardé le même car cela me convenait. Voici comment se déroulait une journée type : le matin ,chansons et jeux avec tous les enfants puis cours de français avec les enfants 'plus grands' (à partir de 8-9 ans). Ensuite tous les enfants petits et grands revenaient dans la salle de classe pour jouer aux cartes et enfiler des perles.
L'après midi c'était le cours aux instits de français ou d'anglais. Le soir les enfants revenaient pour faire du coloriage, perles et cartes.

Avec Estelle nous avons décidé de faire un spectacle pour clôturer notre séjour. les enfants ont chanté, dansé, nous avions préparé des sketchs en français pour les enfants et les instits aussi ont participé !! A la fin du spectacle nous avons organisé une grande loterie avec les objets que nous avions rapportés de France.

Je souhaite donc à tous les volontaires de prendre autant de plaisir que j'ai pu prendre lors de ce séjour très enrichissan

Jessica (Centre de Bienfaisance d'Ankadivory)

Je me suis rendue à Madagascar sans rien connaitre de ce pays, avec la volonté de donner un peu de mon temps et de mon énergie à des enfants qui pouvaient en bénéficier.
Je suis arrivée au sein dune communauté, le CBA, accueillie par des cris denfants enjoués : madame Jessica, Bonjour, Madame Jessica ! A peine descendue de la voiture, nous avons pris contact. Des jeux, des rondes ... je me suis installée dans la maison d' ADDAM, au sein de la communauté et jy ai vécu pendant 2 semaines. 2 semaines de bonheur où les journées commençaient par les bonjours des enfants, avec qui je passais ensuite la matinée. Je leur ai appris des chansonnettes, nous avons dessiné, colorié, et fait de nombreux jeux d' éveil, d' intéreiur et d' extérieur.
L' après-midi, je me consacrais aux plus grands : d' abord les ados, avec qui nous travaillions le français et ' limagination grâce à des activités comme le théatre ou des jeux de mots comme le Baccalauréat ou le mot le plus long. Puis les adultes avec qui nous faisions des cours de conversations et des jeux de rôles, parsemés de ci de là de quelques conseils divers et variés.
Une anecdote ? Ce jour où, avec les adultes, nous abordions le thème des cheveux, du coiffeur ... et où le conseil du jour concernait le traitement des poux : comment les voir, éviter de se contaminer, les traiter ... cours pendant lequel je leur ai conseiller, pour les jeunes enfants ayant des poux, de les raser et de brûler les cheveux. Je me suis réveillée le lendemain et, sortant de la maison pour le traditionnel bonjour les enfants !, j' ai été saluée par une nuée de boules à zéro !
Quoi quil en soit, ce séjour a été merveilleux et restera dans mon coeur à jamais

Amélie (Ranomafana)

Lorsque j’ai rencontré Alain pour la première fois, il m’a affirmé que je pourrai avoir plein d’idées à mettre en place pour améliorer la vie à Madagascar. Pas de chance, je ne brille pas vraiment par ma créativité. Seulement, une fois là-bas, après avoir rencontré plusieurs Malgaches, m’être intéressée à leur mode de vie, il m’est venu 3 à 4 idées par jour.

Pendant le mois passé à Ranomafana, j’ai eu l’occasion de donner plusieurs cours de Français à des adultes très motivés, de m’amuser avec les enfants, d’intervenir dans des villages de brousse pour informer la population des mesures d’hygiène à respecter, des solutions pour l’éducation des enfants et pour l’amélioration de leur vie quotidienne.

Les Malgaches sont réceptifs et très accueillants. Malgré leur misère, ils sont extrêmement généreux. Dans l’ensemble, dans les campagnes reculées, ils sont bien plus heureux que nous. Alors que la société là-bas est basée sur l’entraide, nous sommes individualistes et demandons toujours plus que nous ne possédons déjà. J’ai constaté cependant que la mondialisation ne produit QUE des effets néfastes, les Malgaches en oublient les plus belles de leurs traditions.

Par ailleurs, voyager seule m’a permis de faire un nombre incalculable de rencontres toutes plus enrichissantes les unes que les autres.

Ravie de ce séjour au loin, je compte y retourner dans quelques années ! Merci ADDAM et les Malgaches pour cette formidable expérience.

Nous contacter
Accueil